Vérité Tome 1 : Vérité Première

Publié le par Kisten

Vérité

Tome 1 : Vérité Première

 

de Dawn Cook

 

 

 

book cover verite, tome 1 verite premiere 56948 250 400

 

Dawn Cook n’est pas une nouvelle venue dans le paysage littéraire de l’imaginaire. En fait, vous la connaissez même très bien si vous suivez notre collection bit-lit puisque sous ce pseudonyme se cache en fait Kim Harrison. Dans le cycle sobrement intitulé Vérité, l’auteure de Rachel Morgan s'attaque donc ici à une épopée de Fantasy plus traditionnelle qui n'a rien à envier à ses pairs.

Le Résumé :

Alissa ne croit pas à la magie. Les histoires de son père sur la Forteresse, un lieu légendaire où des Gardiens humains apprennent la magie auprès de Maîtres énigmatiques, ne sont rien de plus – des histoires. Mais sa mère est convaincue qu’Alissa a hérité des dons magiques, et qu’elle doit se rendre à la Forteresse – le seul lieu où ses talents pourront être révélés. Sur la route, elle fait la connaissance de Strell, un musicien ambulant détenant une carte ayant appartenu à son père. C’est donc ensemble qu’ils se mettent en route vers la légendaire bâtisse. Cependant, ils ignorent qu’elle est presque déserte. Presque. Le dernier des Gardiens, dont la liste des crimes est vaste, voit en la venue des deux jeunes gens le présage de son triomphe : il est à la recherche de la Vérité Première, un grimoire magique qui lui apporterait le pouvoir ultime. Et il est persuadé qu’Alissa et Strell savent où se trouve le précieux grimoire.

Of course, le décor présenté ici n’est que celui du premier tome. Les aventures d’Alissa ne font que commencer et son apprentissage de la magie ne la confinera pas dans la Forteresse. Mais on ne va pas non plus vous gâcher le plaisir de découvrir cette série tout au long de l’été… et même un peu au-delà. Car Vérité est une tétralogie. Mais pas de panique : vous aurez bien les trois premiers volumes entre juin et août (Vérité première, Vérité cachée et Vérité oubliée), et le dernier (Vérité perdue) terminera la valse dès septembre.

Bref, si vous avez apprécié Trudi Canavan, Mercedes Lackey ou encore James Clemens et bien sûr la série Rachel Morgan, c’est pour vous... et en plus, ça débarque directement en poche.



Editeur : Milady
Date de parution : 11 juin 2010
Prix : 8,00 €

 

 

Avis Line : Plutôt épais, ce bouquin se lit pourtant en deux soirées. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il est bien écrit, bien construit et… passionnant ! L’écriture est fluide tout en restant travaillée dans les descriptions des endroits. Le lecteur visualise très facilement chaque endroit du voyage. Quant à l’histoire de ce tome 1, elle met en place le début de plusieurs choses : le voyage puis l’arrivée dans un lieu mystérieux, le début d’une relation qui se construit par étapes, et le début d’une aventure qui ne fait que commencer. C’est aux dernières pages du livre qu’on comprend enfin quelle tournure va prendre la saga. Et elle promet d’être passionnante. J’ai hâte de continuer ma lecture !
Plus personnellement, je pense que, si je suis entrée si facilement dans le livre, c’est parce qu’il est différent des clichés habituels de la fantasy (ou du moins il se différencie des autres bouquins que j’ai déjà lus du genre), mais sans pourtant trop s’en éloigner. Ainsi, on a des héros qui quittent leur région natale pour entreprendre une sorte de long voyage. Rien de neuf sous le soleil. Et pourtant, il y a de grandes nouveautés : tout d’abord, on a avant tout une héroïne, ou du moins, la fille et le garçon ont des rôles égaux dans l’aventure. Fini le jeune fermier solitaire devenu héros malgré lui qui rencontre une jolie elfe ou autre inquisitrice à sauver ! Ici, c’est le hasard qui fait rejoindre les deux histoires des deux protagonistes principaux, et ce très tôt dans le livre. Cela à l’avantage de montrer l’évolution de leur relation : venant de deux peuples qui se détestent (mais se complètent), celui des plaines et celui des contreforts, Strell et Alissa arriveront-ils à devenir amis (ou du moins des compagnons de route qui se respectent) ? L’un comme l’autre ont des personnalités très attachantes et on a mal au cœur – sans pourtant savoir pour qui prendre parti – à chacune de leurs disputes.


Autre changement dans la fantasy : le méchant n’a pas encore le contrôle total (comme dans L’Héritage ou L’Épée de Vérité), n’a pas encore rassemblé une armée (comme dans Le Seigneur des Anneaux). Les héros ont encore une certaine emprise sur l’avenir du monde. Bref, le méchant montre ses projets, dit ce qu’il lui manque pour y parvenir, et tout est moins confus : ce n’est pas du hasard, les héros ont une chose précise à ne pas faire.


Moins épique, cette histoire reste alors beaucoup réaliste et plausible. Oui, il y a bien quelques nouvelles « créatures » ou « trucs bizarres », mais on apprend à les connaître au fur et à mesure, sans que toutes les informations nous tombent dessus. Cependant, encore une fois, j’ai eu un peu de mal à comprendre exactement de quelle forme de magie on parlait dans ce livre.


Ensuite, sans être totalement « humoristique », ce livre comporte quelques passages amusants. Oui, les dialogues entre les personnages sont un peu bateau, mais ils sont divertissants.


Il y a peu de personnages secondaires mais ils sont importants dans l’histoire : les parents d’Alissa, Bailic, Inutile, et même le petit faucon !


Pour terminer, oui les personnages sont amusants, oui le suspens est présent, oui la magie fascine, mais, ce que j’ai préféré est un mini détail fort simple : les coutumes des deux peuples (contreforts vs plaine) ! Les fermiers des contreforts sont des éleveurs et cultivateurs un peu rustres aux yeux bleus et aux cheveux blonds très courts (même les filles) ; tandis que les habitants des plaines sont des artisans confirmés aux yeux et aux longs cheveux foncés, incapables de faire pousser un pissenlit. Ils se haïssent autant qu’ils se complètent et les préjugés qui fusent des deux côtés depuis des années ont installés un racisme assez fort. Outre l’aspect physique et professionnel, l’accent trahit la région d’origine des personnages. Mais d’autres coutumes moins barbares amènent des différences dans l’éducation des deux jeunes gens.


Et finalement, je pense que ces détails ne sont pas si anodins dans l’histoire.



Bref, ce tome introduit beaucoup de choses, et il faudra voir comment tout cela évoluera dans les tomes suivants. Mais pour l’instant, la saga est prometteuse.

 

 

Publié dans Fantasy

Commenter cet article